Volos, entre mer et montagne

« Quelle est la ville la plus agréable à vivre en Grèce ? » me demandent souvent mes amis français. Je leur réponds ceci : « Des beaux endroits en Grèce, il y en a par milliers, mais la ville de Volos en Thessalie arrive au top du palmarès. »
Ville côtière de la Grèce centrale à mi-chemin entre Athènes et Thessalonique, Volos est une ville à taille humaine, et accessible aussi bien par la route, que par le train ou par la mer. C’est le troisième port de Grèce en terme de fret et l’aéroport international de Nea Anchialos se trouve à quelque kilomètres seulement du centre de la ville.
Surtout, Volos se situe au pied du mont Pélion et au cœur du golfe de Pagasitikos, face aux îles Sorades (Skiathos, Skopelos et Allonissos). Ici la mer rencontre la montagne : un décor idéal pour une échappée belle.

À Volos, la tradition veut que l'on se retrouve dans une tsipouradika.
À Volos, la tradition veut que l'on se retrouve dans une tsipouradika.

Le ski, la mer et le tsipouro

En hiver les Voliotes peuvent facilement quitter leurs bureaux à l’heure du déjeuner pour aller faire du ski à Pélion et reprendre leurs activités dans l’après-midi. Les pistes de ski ne sont qu'à 27 km de la ville.
En été ils peuvent également partir pour une baignade rapide à Kala Nera, Afissos, Horto, Milina, Kalamos et Trikeri.

Tous accrocs du tsipouro

Tout prétexte est bon après pour sacrifier au rituel du tsipouro, une fois de retour en ville. Le tsipouro est une boisson alcoolisée grecque distillée à partir de marc de raisin. En Crète, on l'appelle tsikoudiá ou rakí (au féminin) ; elle n'est jamais anisée. Le tsipouro se boit en apéritif mais aussi au cours du repas. Son degré d'alcool est compris entre 38 et 50°.
Pour les adorateurs de tsipouro, les Voliotes ont inventé les tsipouradika. Ces tavernes sont essaimées le long de la mer principalement dans la commune de Nea Ionia, rattachée à la municipalité de Volos.
Nea Ionia est habitée en majorité de Grecs d’Asie Mineure installés ici depuis 1922, après la guerre gréco-turque et la défaite nationale. Leur cuisine et surtout leurs mezes ressemblent beaucoup à ceux de Thessalonique.

La gare centrale de Volos, conçue par le père de Giorgio di Cirico
La gare centrale de Volos, conçue par le père de Giorgio di Cirico

De Jason à Giorgio de Chirico

Volos est lié à la mythologie grecque de Jason et les Argonautes dont elle serait le port de départ pour la quête de la Toison d’or. Après un court trajet depuis la port de la ville, vous rejoindrez le Musée archéologique de Volos, établi dans un bâtiment néo-classique construit en 1909. Le musée abrite de nombreuses collections du paléolithique et du néolithique (vases, figurines, bijoux, stèles funéraires peintes, etc.)
Volos était aussi une de premières villes industrielles de Grèce. L’usine de briques de la famille Tsalapatas a été restaurée et transformée en musée de Briqueterie par le Centre culturel de la banque du Pirée. Le musée, dédiée à l'histoire industrielle de Volos fait aussi office de centre culturel avec des représentations, des pièces du théâtre et des concerts.
L’ingénieur civil Evaristo de Chirico supervisait les travaux de la construction du chemin de fer de Thessalie à la fin du XIXe siècle. Son fils, né à Volos en 1888, n'est autre que le fameux peintre Giorgio de Chirico. La gare centrale de ville, œuvre du père du grand artiste, et l’intéressant musée des Chemins de fer de la région valent le détour.

L'architecture des maisons des villages de Pélion est unique.
L'architecture des maisons des villages de Pélion est unique.

Les villages du Pélion

Le mont Pélion est le lieu où les dieux grecs célébraient leurs mariages et leurs fêtes. D’après les récits mythologiques la montagne abritait également les centaures, ces créatures mi-homme, mi-cheval.
Les villages de Pélion accrochés à la montagne sont disséminés parmi les châtaigniers et pommiers. La plupart d’entre eux sont restés intacts au fil des siècles et l’architecture de leurs maisons est vraiment unique en Grèce.
Après un arrêt à Portaria, vous vous rendrez à Makrinitsa, peut-être un des plus beaux villages du Pélion. Vous pourrez déambuler dans ses ruelles pour admirer les maisons traditionnelles, les petites églises et en profiter pour effectuer quelques achats dans les boutiques du village. Vous pourrez également vous détendre à la terrasse d’un café sur la superbe place centrale à l’ombre des platanes.
Continuez votre périple vers les villages de Visitsa, Hania, Tsagarada. À Anakasia visitez le musée de Théophilos Hadjimichael (1867-1934) considéré aujourd’hui comme l’un des peintres le plus représentatifs de l’art populaire grec. Pour déjeuner ou dîner, cap sur Portaria dont les deux établissements Gefsokratoras et Kritsa se disputent le meilleur spenzofai (spécialité locale à base de saucisse) de la région.

Le choix parmi les plages de Pagasitikos est très grand.
Le choix parmi les plages de Pagasitikos est très grand.
Mes adresses à Volos
Les tsipouradika
Demiris, 23 rue Efremidou, Tél. : +302421065559.
Grande variété des fruits de mer.
Kavouras, rue Hatziargiri, Tél. : +302421028520.
Le meilleur tsipouro de Thessalie aux dires des Voliotes. Fermé le soir.
Mezen, 8 rue Alonissou, Tél. : +30241020844.
L’endroit est minuscule mais le choix des tsipoura est exceptionnel.
Ailleurs à Volos
Musée archéologique, 1 rue Athanasaki, Tél. : +302421025285
Μusée de Briqueterie, Notia Pyli (entrée du sud), Tél. : +302421029844
Musée de Théophilos, Anakasia, Tél. +302421047340.
Ouvert du lundi au vendredi 8h-14h30.
© photo principale : Michalis Pornialis ; © photos article de haut en bas : Michalis Pornialis