Réveillonner à Athènes

Il est de coutume en tout cas pour les Athéniens de célébrer l’arrivée de la nouvelle année dans les boîtes de bouzouki ou dans les bars ou restaurants de la capitale. Une coutume que l’on continue de respecter malgré la crise financière qui a frappé le pays.

Voici quelques conseils pour passer le nouvel an à Athènes comme le font les Athéniens. Commencez par apprendre l’expression très répandue dans la société grecque « Allons aux bouzoukia » pour chanter « les enfants du Pirée » et choisissez les restaurants ouverts des grands hôtels de la ville pour le petit déjeuner.

Écouter les grands noms de la musique populaire grecque

blog-grece-athenes-bouzouki-theodoridou
Natassa Theodoridou est considérée comme la meilleure chanteuse grecque actuelle.

La soirée du réveillon du nouvel an commence vers 23h dans les boîtes pleines à craquer. Le répertoire et les chanteurs sont des artistes célèbres. Des grands noms de la musique grecque chantent devant un public surexcité qui pour exprimer son enthousiasme jette à leurs pieds des fleurs. Non, on ne casse plus des assiettes sur la piste, c’est interdit depuis longtemps. Mais on continue à danser sur des tables.

blog-grece-athenes-bouzouki-Vitali Dalaras Glykeria Iera Odos 2
Eleni Vitali, Giorgos Ntalaras et Glykeria sont les grands noms de la musique grecque des années 80.
Réveillonner dans une boîte bouzouki
Quartier de Gazi
Notis Sfakianakis, une des plus belles voix grecques, à Fotaerio
Natassa Theodoridou, la meilleure chanteuse grecque actuelle, à Fos
Giorgos Ntalaras, Eleni Vitali et Glykeria, les grands noms des années 1980, à Iera Odos
Nikos Vertis, très populaire auprès des plus jeunes, à Kentron Athinon
Sur l’avenue Syngrou
Manolis Mitsias, un de plus grands noms de la musique grecque, au Gialino Theatro
Antonis Remmos, chanteur très populaire, au Diogenis Studio
Nikos Ikonomopoulos, l'une des plus belles voix de la nouvelle génération, au Fever

Prendre un copieux petit déjeuner pour bien commencer l'année

blog-grece-athenes-radisson-blu-gallo-nero
À l'image de l'année à venir, le petit déjeuner du nouvel an – ici au Radisson Blu – doit être riche.

Vers 4h du matin les opaa se terminent et les Athéniens se dirigent vers les grands hôtels. C’est le premier jour de l’année et les hôtels ouvrent leurs restaurants à 4 heures du matin  pour accueillir les fêtards. Selon la tradition grecque le premier petit déjeuner de l’année doit être riche pour que toute la nouvelle année soit riche.

Bien évidemment les réservations des tables soit dans les boîtes soit dans les restaurants des hôtels sont faites d’avance. Ça porte malheur pour les Athéniens qui décident de fêter l’arrivée de la nouvelle année dehors de se trouver sans table. Car les Grecs sont très superstitieux !

Garder son calme coûte que coûte le premier jour de l'année

blog-grece-athenes-metropolitan-hotel
Aux premières heures de la nouvelle année, les Athéniens se retrouvent autour d'un petit déjeuner.

Circuler en voiture ou à pied la veille du nouvel an dans les rues de la capitale, c’est effectuer un parcours du combattant. Entre 3h et 4h du matin, entre le moment où l'on quitte les boîtes pour rejoindre les restaurants des hôtels, les embouteillage sont monstrueux. Mais, chose bizarre les Athéniens restent calmes aux volants de leurs voitures. Extraordinaire superstition des Grecs ! Il ne faut pas s’énerver le premier jour de l’année ! C’est mauvais signe !

Prendre un petit déjeuner de nouvel an
NJV Athens Plaza Hotel, petit déjeuner du chef Nikos Giannopoulos
au cœur d’Athènes, en face de la place de Syntagma
Hilton Athens Hotel, buffet-petit déjeuner du chef Kostas Athanassiou
servi dans la belle salle de Byzantinon
Metropolitan Hotel, petit déjeuner supervisé par Michel Roux,
le chef français qui prépare les dîners de la reine de l’Angleterre
Radisson Blu Park Hotel, buffet-petit déjeuner italien du chef Yiannis Liokas
servi au Galo Nero, le restaurant italien de l’hôtel
Hotel Grande Bretagne, buffet du chef Sotiris Evangelou
servi dans la prestigieuse Royal Room
© photo principal : Dimitrios Machairidis ; © autres photos de haut en bas : Dimitrios Machairidis