Printemps à Salonique

En Grèce, on dit que l’automne aime Thessalonique. À mon avis c’est le printemps qui sied encore le mieux à la ville. Les couleurs vives de la mer du Thermaïkos face aux verts profonds de la forêt de Sheïh Shou créent un panorama de carte postale original. Au delà de l'image, c'est l'ambiance qui séduit : les Thessaloniciens considèrent la ville comme leur terrasse, une prolongation de la maison à ciel ouvert. Les rues sont vivantes et animées, on s'y rencontre, on y discute, on y partage un café, un ouzo ou une de ces délicieuses pâtisseries qui font la renommée de la ville.

La promenade de la corniche

Pour les habitants de Thessalonique la promenade fait partie du rythme quotidien. La ville vous invite à marcher à tout moment de la journée avec ses grandes rues, ses avenues pleines d’arbres, ses quelques rues piétonnes, ses parcs et grandes places. Le centre névralgique de Thessalonique est la grande place Aristote qui s'ouvre sur la mer, bordée par des dizaines de cafés et fréquentée par des milliers de passants. Le front de mer fait bien sûr office d'incontournable et est particulièrement bien mis en valeur à travers une longue promenade aménagée qui mélange avec goût architecture passée (Tour banche) et installation contemporaine (les Parapluies de Giorgos Zangolopoulos). Le nouveau quai est un site linéaire, d’une longueur de 3,5 kilomètres. Rénové par un couple d’architectes, le Grec Prodromos Nikiphoridis et le Français Bernard Cuomo, la promenade dispose de différentes thématiques d'espaces floraux, artistiques et sportifs. Une promenade en vélo s’impose.

 

Pour les Saloniciens la promenade est leur living.
Pour les Thessaloniciens la promenade fait office de living room

Une ville cinéphile

Sur la place Aristote se trouve le bâtiment impressionnant de l’Olympion, construit entre 1948 et 1950. Entre les 11 et 20 mars se déroulera ici, la dix-huitième édition du Festival international du documentaire. Cette année la sélection comprend des réalisateurs comme Louie Psyhoyos primé d’un Oscar, Arto Halonen le réalisateur finnois qui a travaillé sur le problème du harcèlement dans les écoles, Chantal Akerman avec son film sur sa mère qui a vécu les camps de concentration, le portrait de Janis Joplin par l’américaine Amy Berg et le portrait du photographe arménien Ara Güler par les réalisateurs turcs Binnur Karaevli et Fatih Kaymak. Entre les séances essayez, avec modération, une bière grecque au café-bar de Olympion connu pour sa très belle vue sur le golf Thermaïkos et du Mont Olympe plus loin. À noter également que la ville accueille le Festival du film francophone, toujours à l'Olympion, dont la dix-septième édition se déroulera du 14 au 20 avril 2016.

 

L'affiche du 18ème Festival du Documentaire

Actualités culturelles dans les musées de la ville

On appelle Thessalonique « la Mère de réfugiés ». La ville a accueilli le plus grand nombre de réfugiés grecs entre 1921 et 1923 provenant d’Asie mineure, suite à l’échange des populations grecque et turque. Un afflux considérable qui laisse toujours aujourd'hui des traces dans la mémoire collective mais aussi dans les évolutions culturelles de la ville et de la région. Au musée archéologique une nouvelle exposition fait la liaison entre l’antiquité et les réfugiés. La ville de Rhaidestos a été fondée par des Grecs au IVe siècle av. J.-C. sur le détroit des Dardanelles. En 1922, soit 2 400 ans plus tard,  les Grecs sont forcés d’abandonner leurs foyers et leurs terres ancestrales pour chercher refuge à Thessalonique. Ils apportent avec eux un grand nombre d’objets sacrés, de statues, d’amphores ayant un rapport avec la ville de leurs ancêtres. C'est cette collection qui est présentée pour la première fois au public à travers cette exposition.

 

Redestos, l'exposition qui fait la liaison entre l’antiquité et les
Rhaidestos, l'exposition qui fait la liaison entre l’antiquité et les réfugiés

Le musée de la Civilisation Byzantine  est l'un des plus importants musée d’art byzantin en Europe. Sa gigantesque collection abrite notamment des icônes de grandes valeurs. Pour le printemps 2016, le musée sort complètement de son champ d'étude pour accueillir une exposition photo de Vyron Mittas. Pendant la très traumatisante occupation allemande de Thessalonique entre 1941–1944, un soldat allemand, anonyme, collectionnait des photos de ses camarades. Vyron Mittas achète après la guerre cette collection et décide de la présenter pour la première fois au public grec. Il s’agit de photos très rares, des clichés amateurs qui nous donnent un aperçu de la propagande nazi et de l’absurdité de la guerre.

Complétez le tour des musées de Thessalonique avec le musée Juif de la ville. Le musée dévoile l’histoire d’une de plus grande et créative communauté juive d'Europe. Les Juifs de Thessalonique ont presque complètement disparu pendant la 2nde guerre mondiale dans les camps de concentration d’Auschwitz et Bergen-Belsen, laissant la ville orpheline de 54 000 de ses habitants. À voir absolument pour comprendre l'apport des Juifs dans l'essor de la ville et son activité commerciale du début du siècle dernier.

 

Le musée Juive de Thessalonique
Le musée juif de Thessalonique

La nouvelle rue gastronomique de Salonique

Les Thessaloniciens appellent la rue Pavlou Mela « Diagonios », parce qu’elle est la rue diagonale qui relie la Tour blanche, emblème de la ville, à l’église byzantine Saint Sophie. Sur cette rue se développe la nouvelle scène gastronomique de la ville. Un groupe de cinq jeunes hommes ont transformé un vieux cinéma en un marché contemporain : Ergon Agora. On y découvre un grand espace au design soigné une boucherie, une poissonnerie et une épicerie avec des produits grecs traditionnels de très bonne qualité, ainsi qu'un restaurant où vous pourrez goûter des recettes traditionnelles de Thessalonique et d’autres régions grecques. N’oubliez pas d’acheter de la moutarde locale, spécialité de la ville.

 

Le vieux cinéma Rivoli transformé à l'épicérie fine ERGON AGORA
L'ancien cinéma Rivoli transformé en épicerie fine XXL

Mia feta est une fromagerie spécialisée dans l'illustre fromage grec, la feta. Une production familiale à Grevena, une région dans l'ouest de la Macédoine, élabore de nouvelles recettes et de nouvelles saveurs de feta. Mia feta est l'unique magasin de la production. La fromagerie fonctionne aussi comme un bar-restaurant où vous pourrez goûter les différentes variétés de ce fromage, mais aussi des plats gourmands, accompagnés d'un bon vin. Spécialité à ne pas manquer, la soupe aux châtaignes et la feta fumée à la truffe.

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
La soupe aux châtaignes chez Mia Feta

Carpolatta est une épicerie fine près de la rue Pavlou Mela. Vous trouverez des produits de différentes régions de la Grèce : pistaches et amandes de Macédoine, du miel de l’île de Limnos, des figues de l’île d'Evia et surtout le salepi, une infusion de tubercule d'orchis  très appréciée à Thessalonique. Ils font aussi un très bon café pour marquer une petite pause dans ce shopping gourmand.

 

Chez Carpolatta. Le Koulouri est le croissant de Thessalonique
Chez Carpolatta, on trouve le Koulouri, le croissant de Thessalonique

Ergon Agora
42, rue Pavlou Mela T : +30 2310288008
Site internet

Mia feta
14, rue Pavlou Mela, T : +30 2310221120
Site internet

Carpolatta
113, rue Mitropoleos, T : +30 2315518988

La taverne Bakalogatos
La taverne Bakalogatos

De Kalamaria à Kalochori : du plat au vin

Le quartier de Kalamaria se trouve à l’est de Thessalonique au bord de la mer. Ses premiers habitants furent les réfugiés grecs d’Asie mineure et des rives de la Mer Noire (les Pontiques). Aujourd’hui le quartier est devenu résidentiel mais garde cependant toujours son caractère accueillant. Le choix des tavernes est grand. Je vous suggère celle de Bakalogatos. Le menu comprend des recettes typiques de Thessalonique, comme les moules au riz, les sardines grillées et la salade macédonienne avec choux, poivrons rouges et céleri. N’oubliez pas de commander le vin résiné local.

À l'extrémité de Kalamaria se trouve le village de Kalochori, moins connu. Ici ici se trouve le domaine de Stelios Kechris. Vous pourrez y déguster leur vin, en l'accompagnant de plats locaux.

O Bakalogatos
8, rue Kapetan Goni, Kalamaria T : +30 2315 319719

Stelios Kechris Domaine
33, rue Olympou, Kalochori, T : +30 2310 751283
Site internet

 

Toutes nos idées de séjour à Thessalonique : ICI.

Le matin ensoleillé sur la promenade de Thessalonique
Le matin ensoleillé sur la promenade de Thessalonique

© photo principale : Bdmundo ; © autres photos : Dimitrios Machairidis