La fête du cinéma à Thessalonique

Thessalonique est une ville sublime. La baie est merveilleuse, face au Mont Olympe. J’adore la ‘Paralia’, la promenade de huit kilomètres avec ses jardins et des espaces de jeux pour les enfants. La place Aristotelous, la place centrale de Thessalonique, construite par l’architecte et urbaniste français Ernest Hébrard en 1918, me donne l’impression d’être dans une ville de style ancien. J’aime beaucoup ce type d’architecture coloniale orientalisante, tellement française. On pourrait être à Alger. Je me balade souvent dans la ville haute, ‘Ano Poli’ en grec, avec des petites rues et des vieilles maisons bien restaurées. Et la cuisine de Thessalonique est tellement riche de plats traditionnels comme la ‘bougatsa’ (feuilleté au beurre avec du fromage, de la viande, des épinards ou de la crème) que mon histoire avec les restaurants de la ville va mal se terminer. En plus nous sommes entourés de sites archéologiques merveilleux, comme par exemple Philipi à l’est de la région avec une des plus grandes basiliques de l’antiquité chrétienne ou Vergina avec les tombeaux des rois de Macédoine.

C’est ainsi qu’Élise Jalladeau, la nouvelle directrice générale du Festival International du Cinéma de Thessalonique, parle de sa nouvelle ville d’adoption où elle s’est installée avec sa famille depuis avril dernier. Née à Nantes, productrice de cinéma, attachée audiovisuelle à l’ambassade de France à Athènes et membre du conseil d’administration du Centre du Cinéma de  Grèce, elle est à la tête d’un festival « phare » pour l’industrie du cinéma en Grèce et aussi l’un de plus important d’Europe pour la production indépendante.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
"Paralia", la promenade de Thessalonique vue du port

La 57ème Compétition

Le 3 novembre 2017, le 57ème Festival International du Cinéma de Thessalonique a ouvert avec un programme riche. Le cinéma français est très présent : trois films participent à la compétition internationale. Une rétrospective de huit films est dédiée au cinéaste Philippe Grandrieux. Quinze films seront présentés au programme parallèle « Horizons ouverts » qui accueille des productions indépendantes du monde entier.

Des films français sont également sélectionnés pour les programmes parallèles tels-que « Mirror - Image » consacré à l’esthétisme du cinéma, « Round Midnight » orienté vers les films d’horreur, ou « Youth Screen » ouvert aux cinéastes de la nouvelle génération. Le film  d’Olivier Assayas Personnal Shopper sera projeté hors compétition et la coproduction franco-belge La danseuse de Stéphanie Di Giusto clôturera cette 57ème compétition.

Les depôts au vieux quai du port transformés aux salles du festival du cinéma
Les depôts au vieux quai du port transformés aux salles du festival du cinéma

« Ce festival est très grand-public. Thessalonique est une ville étudiante et les étudiants  sont passionnés par le festival. Les gens ont envie de partager des émotions communes, de se retrouver autour du programme de cet évènement. Notre défi est de motiver le public à aimer le cinéma et à fréquenter les salles le reste de l’année. Je suis portée par le dynamisme de mon équipe, qui a envie d’initier des nouveaux projets » nous déclare Élise Jalladeau, enthousiaste de ses nouvelles fonctions.

Entre les séances du festival ?

Je vous propose trois ballades cinématographiques, pour exercer vos talents de photographe, et un bar pour vous relaxer.

Promenez-vous sur la vieille corniche avenue Nikis entre le port et la Tour Blanche, emblème de la ville, un décor de nombreux films grecs. Les cafés en bord  de  mer offrent la plus belle vue sur la baie de Thermaïkos et le Mont Olympe.

La deuxième ballade vous amène au quartier « Ladadika », à côté du port. Les vieux bâtiments construits de pierres et de briques rouges servaient de dépôts pour les commerçants de la ville. Aujourd’hui le quartier avec ses bâtiments restaurés est devenu un des hauts-lieux de la vie nocturne de Thessalonique, avec ses bars et ses restaurants d’excellente réputation. Ils sont d’ailleurs, pendant toute la durée du festival, le rendez-vous des professionnels du cinéma.

Enfin pour une ballade inattendue, faites la visite du petit musée des chemins de fer. Des amateurs de trains et des retraités des chemins de fer grecs ont fondé ce musée en 2001. La collection est installée dans l’ancienne gare militaire, un bâtiment rénové du début du 20ème siècle, œuvre de l’architecte italien Pierro Arrigoni qui vécut à Thessalonique. Autour du bâtiment vous y découvrirez un matériel ferroviaire ancien et surtout un wagon original de l’Orient Express utilisé comme décor pour le tournage d’une centaine de films.

Concluez votre randonnée cinématographique avec un cocktail au Long Bar, dans l’hôtel MET. Sur un comptoir doré de 18 mètres de longueur vous dégusterez les meilleurs cocktails de la ville et les meilleurs vins de la région.

La place Aristotelous et "Olympion", le palais du festival, à droite
La place Aristotelous et "Olympion", le palais du festival, à droite
  • Le festival du cinéma
  • Le festival se déroule entre le palais du festival le bâtiment historique « Olympion » sur la place Aristotelous et les dépôts du vieux quai du port de Thessalonique, transformés en salles de cinéma. Pour le programme consultez 57ème festival du cinéma
 
  • Le musée des chemins de fer
  • 7B, rue Nea Monastiriou, Gare Militaire, Kordelio, T : +30 2310-559590 et +30 2310-599134 ; email : sfsth@otenet.gr Le musée est ouvert le mercredi et le jeudi de 10h00 à 13h00. Vous pouvez le contacter pour une visite guidée privée, y compris pour d’autres jours de la semaine. Entrée 2 euros.
 
  • Long Bar, hôtel MET
  • Le  Long Bar est ouvert jusqu’à 24h00 MET hôtel
© photo principale : Festival du Cinéma de Thessalonique et autres photos : 2ème & 4ème Dimitrios Machairidis, 3ème Festival du Cinéma de Thessalonique et 5ème Mairie de Thessalonique