Kourabiedes ou melomakarona ? Les biscuits de Noël

La guerre des kourabiedes  et des  melomakarona  n’aura pas lieu ! Ces  deux gourmandises de Noël sont présentes dans toutes les maisons grecques  pendant les Fêtes. Chaque famille vous proposera sa propre recette tout comme chaque région et chaque ville défend sa version. Si les premiers ne contiennent aucune matière grasse et baignent dans le miel, les seconds contiennent du beurre, du sucre glace, des amandes, de la fleur d’orange ou de l’eau de rose.

Tour de la Grèce

Kavala, ville portuaire de Macédoine, est fière et clame haut et fort d’avoir les meilleurs kourabiedes de la péninsule balkanique. Larissa, centre économique de Thessalie, croit et insiste farouchement qu'elle détient la recette la plus gourmande de la Grèce. Une visite chez les pâtissiers de la ville ne contredira pas. Les Thessaloniciens disent que la meilleure recette de melomakarona vient de leur ville. Ici on les appelle « finikia » et ils ajoutent de la poudre salée faite de frêne, connue avec le nom « allisiva ».

24 Dernière action pour les kourabiedes ; saupoudrez au sucre glace.

L’origine

L’origine de kourabiedes est inconnue. Certains disent qu'ils sont apparu pour la première fois en Syrie dans les communautés chrétiennes de la région qui se trouvaient à l’époque sous occupation ottomane. Les biscuits ottomans avaient la forme d’un croissant, pour se distinguer les Chrétiens ont inventé les kourabiedes en leur donnant la forme ronde.  Aujourd’hui, le sucre glace dont ils sont recouverts est synonyme de la neige.

Les melomakarona sont l’évolution d’un biscuit venu tout droit de l’Antiquité qu'on offrait pendant les repas funéraires. On les appelait  « makaronîa ». Pendant l’époque byzantine on a ajouté du miel (« meli » en grec) et le gâteau a pris le nom contemporain « melomakarono ». Étymologiquement l’appellation de « makaronîa » a donné son nom à la pâte italienne « macaroni ».

Kourabiedes et melomakarona sont déjà sur la talbe préparés et offerts par Alexandra Souladakis, bonne amie et excellente cuisinière

À la poursuite des kourabiedes et mélomakarona

La pâtisserie Petits grecs à Thessalonique prépare exclusivement des kourabiedes avec une recette traditionnelle de Kavala. Celle de Chatzis est connue  pour les melomakarona faites avec la recette traditionnelle de Thessalonique.

L’épicerie du régime méditerranéen (Pantopolion tis mesogiakis diatrofis en grec) à Athènes dispose la plus grande sélection des kourabiedes et de melomakarona de toute la Grèce. Je vous suggère les biscuits « Theorima » d’Anastasia qui a son atelier à l’île de Samos à l’est de la mer Égée.

Les kourabiedes de Konstantinidis sont des produits de la ville de Larissa, en Thessalie. La famille Konstantinidis est arrivée d'Asie Mineur en 1920 et ils ont ouvert une petite pâtisserie. Aujourd’hui la famille dispose le plus grand réseau de pâtisseries en Grèce.

La recette des kourabiedes de Niki Mitarea

Niki Mitarea, célèbre journaliste culinaire nous souhaite Joyeux Noël avec sa recette de kourabiedes. Son livre « Du vin et en grec » (Με κρασί και ελληνικά) sera prochainement publié en France.

Les ingrédients (pour une vingtaine de biscuits)

250 gr de beurre de brebis

400 gr de farine

200 gr d’amandes pilées et grillés

2 tasses de sucre

1 sachet de levure

1 tasse de sucre en poudre pour saupoudrer les kourabiedes à la fin.

 

La préparation

Réduisez le beurre en pommade et ajoutez un par un les ingrédients. Attention ! La farine s’ajoute en dernier. Battez à la main la pâte pour obtenir un très bon mélange des ingrédients. Soyez forts ! Il faut la battez pendant 30 minutes. Au moment que la pâte est consistante faites des formes rondes de la taille d’une petite mandarine et mettez-les au four préchauffé à 175°C pendant 20 minutes. Présentez les kourabiedes sur un disque. Saupoudrez de sucre en poudre. Soyez généreux ! Les kourabiedes doivent devenir blancs.

Le livre de Niki Mitarea "Du vin et en grec !" édition grecque.

Photo principale : Petits grecs, 2ème, 3ème et 4ème Alexandra Souladakis, 5ème Niki Mitarea