Épidaure et son festival

« Un grand théâtre de son temps » c’est donc ainsi qu’apparaît le théâtre d’Épidaure. Symbole du théâtre par excellence, le théâtre a été édifié au IV siècle avant J.C. pour accueillir les Asclépieia, concours en l’honneur du médecin-dieu Asclépios (Esculape chez les Romains).

La naissance du théâtre en Grèce

Les Grecs furent les premiers à découvrir le pouvoir de la parole et le théâtre est né en Grèce dès l’époque archaïque. Il s’agissait, au début, de cérémonies religieuses célébrées en l’honneur de Dionysos (le dieu du vin et de la fête). Les constructions des théâtres grecs « classiques » remontent au III siècle avant J.C. Nous pouvons en recenser une centaine. Après cette date, ils sont hellénistiques ou romains et deviennent innombrables.

Le théâtre d’Épidaure

Le sanctuaire d’Asclépios était un haut lieu de la médecine et, comme dans tous les sanctuaires grecs, des épreuves sportives et théâtrales étaient organisées en l’honneur des dieux. L’architecte Polyclète a construit le théâtre d'Épidaure entre 340 – 330 avant J.C.

La raison de sa construction était thérapeutique. Juste à côté du théâtre se trouvait le sanctuaire d’Asclépios où les malades arrivaient de toute la Grèce. Les médecins avaient compris que le théâtre et les concours sportifs amélioraient l’état de leurs patients et surtout leur moral. Ils ont donc financé la construction du théâtre d'Épidaure qui faisait partie de l’Asklipiïon, pour accueillir 13 000 spectateurs sur 34 séries de gradins. L'acoustique du théâtre est réputée à juste titre : on peut distinguer des propos chuchotés sur la scène ou le craquement d'une allumette jusqu'aux rangs supérieurs des gradins.

Le Festival

Depuis 1954, le théâtre est le cadre du Festival d’Épidaure, renommé dans le monde entier. Tous les vendredis et les samedis soirs ont lieu des représentations des drames et des comédies (Eschyle, Sophocle, Euripide, Aristophane, Ménandre, Loukianos) mais aussi des spectacles lyriques. Maria Callas y interpréta Norma en 1960 et en 1961 Médée de Cherubin. Depuis 2006, Yiorgos Loukos, le directeur du festival d’Épidaure et d’Athènes, redirige à nouveau le festival vers des coproductions internationales.

Que la tragédie commence
Que la tragédie commence

 

En 2015, huit productions seront en représentation les vendredis et samedis des mois de juillet et août :

3 & 4 juillet, Les Troyennes par Euripide, Théâtre National de Grèce

Qui sont les Troyennes ? La mère, Hécube, femme de Priam, reine déchue par la défaite de Troie face aux Grecs. La fille, Cassandre, considérée comme folle, enlevée contre son gré pour servir à la fois d'esclave et d'épouse à Agamemnon, roi d'Argos (donc un Grec). Enfin la belle fille, Andromaque, épouse du glorieux Hector, tué au combat lors de la prise de la ville, elle aussi réattribuée comme esclave-épouse à un autre notable grec, en l'occurrence Néoptolème, le propre fils d'Achille.

10 & 11 juillet, Les Acharniens par Aristophane, Compagnie de Yiannis Kakleas

Troisième comédie écrite par Aristophane après Les Détaliens et Les Babyloniens, Les Acharniens sont un plaidoyer en faveur de la paix. En effet, la pièce prend place dans la septième année de la guerre du Péloponnèse, qui oppose Athènes et ses alliés de la ligue de Délos à Sparte et sa ligue du Péloponnèse. Athènes y est à la recherche de nouveaux soutiens.

17 & 18 juillet, Ajax de Sophocle, Théâtre de Notos

Dans cette pièce Sophocle raconte les circonstances qui ont conduit à la mort d'Ajax, chef des Salaminiens. L'action se passe devant les remparts de la cité de Troie que les Grecs assiègent.

24 & 25 juillet, Nekyia par Michael Marmarinos, production du théâtre Nô du Japon d’après l’Odyssée d’Homère

Une grande réunion théâtrale cet été à Épidaure grâce à la collaboration de Michael Marmarinos avec le théâtre Nô du Japon et le grand maître Gkenso Oumeouaka. Le caractère exubérant du théâtre japonais offre avec son interprétation du Nekyia (chant XI de l'Odyssée) une passerelle inédite pour joindre deux cultures théâtrales anciennes : celle de la Grèce et du Japon.

L'acteur Rokuro Gensho Umewaka du théâtre Noh
L'acteur Rokuro Gensho Oumeouaka du théâtre Nô

31 juillet & 1 août, L’Assemblée des femmes  d’Aristophane, Théâtre National de Grèce

Une comédie d’Aristophane écrite vers 392 avant J.C. Les Athéniennes, à l'instigation de l'une des leurs, Praxagora, se rassemblent à l'aube sur l'Agora pour prendre à la place des hommes les mesures qui s'imposent pour sauver la cité. Quand ceux-ci se réveillent le lendemain, ils découvrent avec stupéfaction les réformes que les femmes entendent adopter : mise en commun des biens, droit pour les femmes les plus laides et les plus âgées de choisir un compagnon, etc. Le soir, un grand banquet fête l'établissement du nouvel ordre des choses et la pièce s'achève dans une atmosphère véritablement dionysiaque. Yannis Bezos joint Makis Papadimitriou dans un duo comique.

7 & 8 août, Iphigénie en Tauride par Euripide, Théâtre National du Nord de la Grèce

Thomas Moschopoulos retourne à Épidaure avec la pièce théâtrale la plus populaire de l'Antiquité́ : Iphigénie en Tauride. Remplacée par une biche au moment de son sacrifice à Aulis, Iphigénie est déposée par Artémis en Tauride (actuelle Crimée). Là, elle devient prêtresse de la déesse et sujette du roi Thoas. Selon les rites barbares du pays, il lui incombe de donner la mort à tout étranger qui s'aventure en Tauride. Au cours de leur entreprise, Oreste et Pylade sont faits prisonniers. Iphigénie s'apprête à ordonner le sacrifice des deux Grecs quand elle reconnait en l'un d'eux son frère. Trompant la surveillance de Thoas, elle s'enfuit avec eux.

14 & 15 août, Nepheles (Les Nuées) par Aristophane, compagnie de Vasilis Papavassiliou

Les Nuées furent l’une des pièces les plus étudiées depuis l’Antiquité. Le thème de la pièce est le conflit des générations qui oppose un vieil Athénien, Strepsiadès et son fils Pheidippidès. Mise en scène par Vassilis Papavassiliou , avec l’acteur Petros Philippidis dans le rôle de Strepsiadès.

21 & 22 août, Prométhée enchaîné par Eschyle, coproduction du festival d’Épidaure et du théâtre municipal et régional d’Ioànnina

Après le soulèvement de Zeus contre son père Cronos et la guerre qui s'ensuivit, Zeus assoit sa puissance et réduit à néant tous ses opposants. Prométhée, le « prévoyant », avait d'abord conseillé aux Titans d'utiliser la ruse, puis il avait décidé de s'allier à Zeus. Lorsque Zeus décide d'abolir la race humaine afin d'en fonder une nouvelle, seul Prométhée s'y oppose et donne aux hommes le feu (symbole de la connaissance). Il leur apprend également la notion de temps, les mathématiques, l'écriture, l'agriculture, le dressage des chevaux, la navigation maritime, la médecine, l'art divinatoire et l'art métallurgique. Zeus ordonne alors qu'il soit enchaîné et contraint Hermès de forcer Prométhée à livrer son secret, sans quoi il serait torturé.

28 & 29 août, Oreste par Euripide, compagnie Choros

Orestis de la compagnie Choros est interprété par la traduction de Yiannis Tsarouchis
Oreste de la compagnie Choros est interprété par la traduction de Yiannis Tsarouchis

Cette tragédie grecque est particulière car elle est une véritable œuvre musicale. Il semble qu’Euripide soit le compositeur de la musique de son Oreste. L’œuvre d’Euripide raconte le parcours d’Oreste après le meurtre de sa mère. Ce dernier, sur la volonté́ d’Apollon, l’a tuée parce qu’elle était impliquée dans l’assassinat de son père.

Quoi faire avant et après le spectacle ?
L'accès à Épidaure peut se faire en voiture ou en autocar. Les excursions en bus sont organisées en aller-retour en fonction des spectacles, en voiture vous avez plus de liberté et de multiples options.
En chemin faites une pause baignade aux Loutrà tis Oréas Elénis. Selon la légende la belle Hélène se baigne sur cette plage avant son départ pour la ville de Troie.
La plage de Paleà Epidavros, pas loin du théâtre est idéale pour un café ou une petit encas avant le spectacle.
Après le spectacle, dirigez-vous vers le village de Ligourio, au restaurant « Leonidas ». Il y a toujours du monde : réservations fortement recommandées ! Pour finir en soirée festive, continuez vers la boîte « Kapaki ». C'est le rendez-vous des artistes après la fin des spectacles.

Pour des informations et des tickets consultez Le programme du festival d'Épidaure

© photo principale : Fylaktou pour le Festival d'Athènes, © photos article de haut en bas : 1re & 2e Nikos Vourliotis, 3e Choros pour le Festival d'Athènes, 4e Fylaktou pour le Festival d'Athènes